Site icon Journal du droit des technologies

L’Italie inflige une amende de 100 millions d’euros à Google pour abus de position dominante


Le géant technologique avait refusé d’inclure dans sa plateforme une application Enel qui permet de localiser les bornes de recharge pour les voitures électriques.


Le régulateur italien de la concurrence a annoncé jeudi qu’il avait infligé à Google une amende de 102 millions d’euros pour abus de position dominante. Cette sanction intervient après que le géant technologique américain a refusé d’accepter sur sa plateforme Google Play une application permettant de localiser les bornes de recharge pour les voitures électriques, a-t-il indiqué dans un communiqué. L’agence avait ouvert une enquête à ce sujet il y a deux ans, en mai 2019. « À travers le système d’exploitation Android et la boutique d’applications Google Play, Google occupe une position dominante Il faut rappeler qu’en Italie, environ trois quarts des smartphones utilisent Android », a souligné l’autorité antitrust italienne. Selon son enquête, « Google n’a pas autorisé » l’utilisation de l’application JuicePass, développée par le conglomérat énergétique italien Enel, sur son système Android Auto.

« JuicePass offre une large gamme de services pour la recharge des véhicules électriques, allant de la recherche d’une station de recharge à la gestion du processus de recharge et à la réservation d’une station », a déclaré le régulateur.  » Google, en refusant à Enel X Italia (…) la disponibilité de JuicePass sur Android Auto, a injustement limité les possibilités des utilisateurs de l’appli d’Enel « .

L’application est en concurrence avec l’application du géant américain, Google Maps, qui, toutefois, ne permet actuellement aux utilisateurs que de rechercher des stations de recharge pour véhicules électriques.

Quitter la version mobile